CONSEILS SUR L'ARTHROSE ET L'ARTHRITE

Publié le par Eric Merlin

CONSEILS SUR L'ARTHROSE ET L'ARTHRITE

CONSEILS SUR L'ARTHROSE ET L'ARTHRITE

Qu'est-ce que c'est ?

L’arthrose est la maladie articulaire la plus répandue. Elle touche 13 % de la population, 70 % des plus de 65 ans. Évoluant par crises congestives (personne ne peut prévoir à quelle vitesse), elle résulte d’un déséquilibre entre les phénomènes de destruction et de reconstruction du cartilage articulaire, ainsi que d’une usure articulaire. Ce cartilage est composé d’un tissu très particulier, non vascularisé, non innervé, lisse, gélatineux et élastique. Il recouvre l’extrémité des os pour les empêcher de frotter l’un contre l’autre. Lorsqu’il se détériore, il ne remplit plus son rôle, et les douleurs augmentent tandis que la mobilité se réduit. Souvent, l’inflammation n’est pas loin, et on parle alors d’arthrite.

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE VOUS-MEME

Appliquez quelques gouttes pures d’HE de gaulthérie sur le genou, le coude ou toute autre articulation douloureuse.

Le traitement de fond des rhumatismes, 100 % naturel et efficace et pourtant si mal connu, est l’association glucosamine + chondroïtine (1 g par jour) + un complexe antioxydant + des capsules d’oméga 3 (huile de poissons : 2 g par jour). En cures de 2 mois minimum.

Aromathérapie :

LIE d’eucalyptus citronné 2 ml
HE de romarin à camphre 2 ml
HE de gaulthérie couchée 2 ml
EL d’arnica qsp 1flacon de 30 ml

Appliquez quelques gouttes sur la (ou les) zone(s) douloureuse(s) 3 fois par jour pendant 10 jours.

Oligothérapie :

Cuivre Or Argent : Prenez 1 dose par jour en cures de 2 mois
Cuivre : Prenez 3 ampoules par jours pendant 5 jours en périodes de crise.

Supplémentation :

Oméga 3 : Avalez 4 capsules par jour si l’alimentation ne contient pas de poissons gras des mers froides au moins à 3 repas dans la semaine.

Mes conseils pour le quotidien

  • Méfiez-vous des médicaments anti-inflammatoires ou antidouleurs classiques couramment prescrits : ils soulagent momentanément mais peuvent causer de vraies maladies (ulcères, saignements gastro-intestinaux). Et en plus, ils contribuent à détruire le cartilage restant, et donc aggravent le problème.
  • En dehors des crises, continuez surtout à pratiquer une activité physique. Le principe est de se muscler pour amortir : plus les articulations sont minces et abîmées, plus il faut se muscler pour compenser.
  • Pendant une crise d’arthrose, pensez à REFROIDIR la zone. Avec de la glace, des sprays réfrigérants ou n’importe quoi de frais. C’est très intéressant surtout lorsqu’il y a inflam­mation (articulation gonflée, rouge et chaude), et/ou en cas de douleurs mécaniques per­manentes et/ou nocturnes, qui empêchent de dormir.
  • En dehors de la crise, au contraire, il faut « CHAUFFER ». Par exemple, les petites raideurs matinales ou barométriques (liées à la météo) cèdent quand on « échauffe la machine ». Les douleurs chroniques sont effectivement toujours soulagées, même temporairement, par la chaleur. Les sous-vêtements, genouillère, bouillotte et autre ceinture « chaleur douce » sont hautement recommandables, surtout en hiver.
  • Respectez l’équilibre alimentaire acido-basique : protéines animales (viandes, jambon, œufs, laitages, fromages), graisses cuites, céréales raffinées, sucreries... sont acidifiantes, pensez donc à consommer de larges quantités de fruits et de légumes pour neutraliser et tamponner ces acides.
  • Pourquoi pas une cure thermale, notamment à Dax, qui soulage chaque année des malades ne sachant plus vers quelle thérapeutique se tourner ? C’est vraiment efficace.
  • Le traitement de l’arthrose dépend de plusieurs facteurs, et notamment de la profondeur de l’articulation. Les applications d’huiles essentielles seront surtout efficaces sur les arti­culations situées juste sous la peau (genou, doigts, coude...). Pour les articulations plus profondes, ou pour des douleurs articulaires à de multiples endroits, un traitement interne est recommandé (gélules).
  • La pratique sportive douce est conseillée toute la vie, et permet d’une part de renforcer les articulations, d’autre part de se muscler, ce qui permet d’amortir les chocs articulaires.
  • D’innombrables douleurs du dos pourraient être atténuées voire éliminées simplement en musclant ses abdominaux et en se tenant plus droit !

En revanche, en fonction de la localisation de votre arthrose, ainsi que de votre histoire personnelle :

  • Avez-vous subi une intervention chirurgicale d’une articulation ?
  • Avez-vous été pilier sur un terrain de rugby ?
  • Avez-vous eu un accident de voiture, de trottinette etc. ?

Certains sports sont à éviter :

  • Si vous avez une arthrose du dos : attention aux sports en rotation (tennis...).
  • Si vous avez une arthrose des lombaires : attention au jogging, au port de charges lourdes, au surpoids abdominal (il accentue la cambrure, donc la douleur en bas du dos).
  • Si vous avez une arthrose du cou, c’est désagréable (torticolis fréquents) mais rarement grave : musclez-vous et étirez vos cervicales (gym douce quotidienne du cou et du haut du dos).
  • Si vous avez une arthrose de l’épaule : attention au golf, au tir à l’arc, aux sports de raquettes et de lancer, ainsi qu’aux sports extrêmes (alpinisme, saut en parachute...). Oubliez définitivement le judo, le rugby, la planche à voile. Ce type d’arthrose est relativement rare mais plutôt ennuyeux car difficile à améliorer.
  • Si vous avez une arthrose du coude : attention au VTT et aux exercices répétés de musculation.
  • Si vous avez une arthrose de la hanche : attention à la course à pied longue durée (mara­thon, trial...), à la danse, au football.
  • Si vous avez une arthrose du genou : attention au ski, au jogging et dans une moindre mesure au golf (tout dépend de la localisation exacte de l’arthrose).

Rappelez-vous que l’excès de sport est toujours nocif pour l’organisme en général, et pour les articulations en particulier. Pratiquez à votre rythme, l’idéal étant de commencer un sport jeune et de le poursuivre sans abus jusqu’à l’âge le plus avancé possible. N’insistez jamais en cas de douleur.

MES FORMULES À FAIRE PRÉPARER EN PHARMACIE

Arthrite

ES d’harpagophytum 150 mg
ES de saule blanc 150 mg
Pour 1 gélule n° 90

Avalez 4 gélules par jour pendant 3 semaines

Arthrose

ES d’harpagophytum 60 mg
ES de prêle 60 mg
ES de cassis 60 mg
ES de reine-des-prés 60 mg
Poudre de lithothame 60 mg
Poudre de bambou 60 mg

Pour 1 gélule n° 120 renouvelable
Avalez 4 gélules par jour pendant 2 mois, à renouveler.

Si vous préférez une forme liquide à boire :

EG de scrofulaire
EG de curcuma
EG de reine-des-prés
EG de cassis

aa qsp 1 flacon de 200 ml
Buvez 1 c. à café de ce mélange dans un verre d’eau, 2 fois par jour, en cures de 20 jours.

La tisane idéale

Prêle (tige stérile) 20 g
Saule (écorce) 30 g
Bouleau (feuilles) 20 g
Harpagophytum (tubercules des racines secondaires) 30 g
Cassis (feuilles) 20 g
Airelles/myrtilles (feuilles) 20 g
Réglisse (racines) 30 g
Menthe (feuilles) 20 g

Mettez 3 c. à soupe du mélange dans 1 litre d’eau froide. Portez à ébullition. Laissez frémir 5 minutes. Coupez le feu. Laissez encore infu­ser 5 minutes. Filtrez. Buvez-en plusieurs fois dans la journée, entre les repas. En cures de 3 semaines.

Encore plus d’efficacité ?

Ajoutez dans chaque tasse 1 goutte d’HE de laurier diluée dans l/4 de c. à café de miel.

CONTRE-COUPS DE L'ABBÉ PERDRIGEON (SOLUTION)

Composants principaux : aloès du cap, myrrhe, éthanol.

Indications : traitement d’appoint des ecchymoses et des contusions. Antiseptique des plaies superficielles et peu étendues.

Mon avis : autrefois, l’emballage de ce produit précisait bien qu’il était à utiliser par voie interne comme par voie externe. On en faisait alors grand usage et avec bonheur dans tous les cas de contusions. Maintenant, seule la mention « usage externe » est indiquée. En fait, il s’agit bien de la même formule non modifiée, mais la législation européenne a décidé qu’un médicament est SOIT utilisable en interne, SOIT en externe, jamais les deux.

Pourquoi ces éléments dans ces formules ?

  • L’harpagophytum renferme trois composés essentiels pour l’articulation : un anti-inflamma­toire, un antidouleur et un favorisant le rétablissement de la fonction articulaire. C’est une plante intéressante à utiliser de façon chronique et/ou si la douleur est d’intensité moyenne. En revanche, ce n’est pas la plante appropriée pour apaiser les poussées inflammatoires aiguës ou anciennes. On la prend par cures répétées de 3 semaines.
  • Le saule contient du salicylate de méthyle et la reine-des-prés de l’aldéhyde salicylique : dans les deux cas il s’agit d’aspirine végétale. Ces deux plantes sont donc antalgiques et anti-inflammatoires.
  • Le cassis regorge de flavonoïdes, de tanins et de vitamine C, aux propriétés anti-inflamma­toires, dans tout l’organisme. Le cassis est également diurétique, il favorise l’élimination des déchets (acide urique et toxines).
  • Le lithothame est une algue reminéralisante riche en calcium, magnésium, oligo-éléments. Il diminue l’acidité de l’organisme responsable des inflammations rhumatismales et arthrosiques.
  • Le bambou est riche en silice, qui stimule la fabrication du collagène des tissus osseux et conjonctifs. Il favorise la reconstruction du cartilage, et donc améliore la mobilité.
  • La scrofulaire et le curcuma sont particulièrement anti-inflammatoires
  • La prêle possède des alcaloïdes, des glucosides, de la silice, de la vitamine C, tous les miné­raux nécessaires au bon fonctionnement de l’articulation : calcium, fer, sodium, potassium (alcalinisant), magnésium, manganèse... Elle est reminéralisante, diurétique et elle stimule la synthèse de collagène, « ciment » nécessaire à la bonne santé articulaire.
  • Le bouleau est riche d’un hétéroside, le salicylate de méthyle vu plus haut.
  • L’airelle (ou la myrtille) renferme de la vitamine C, du fer, du manganèse ainsi que des acides organiques dont l’acide quinique, aux belles propriétés anti-inflammatoires.
  • La réglisse est anti-inflammatoire et améliore le goût de la tisane
  • La menthe a été elle aussi intégrée à cette formule pour la rendre plus agréable à boire.
  • L’HE de laurier noble est un puissant antalgique.
CONSEILS SUR L'ARTHROSE ET L'ARTHRITE

Publié dans 08 Les remèdes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article