RETENTION D’EAU

Publié le par Eric Merlin

RETENTION D’EAU

RÉTENTION D’EAU

Ce que vous pouvez faire par vous-même :

Rien de plus spectaculaire que de nager, marcher, courir ou faire de la gym dans l’eau (aquajogging, aquarunning, aquagym). Même sans cours avec un professeur, vous constaterez des miracles, à conditions d’y aller au moins deux fois par semaine, à raison de 45 minutes minimum de travail actif par séance.

Mes conseils pour le quotidien :

Les médicaments diurétiques classiques sont utilisés avec la plus grande précaution. Ils peuvent provoquer une anomalie des taux sanguins (baisse du sodium, augmentation ou diminution du potassium), des réactions allergiques ou même un diabète.

Les plantes diurétiques ont l’avantage de n’être pas dangereuse et de ne pas provoquer de fuite de potassium. Cependant, les formules ci-après, même si elles ne contiennent que des plantes, doivent être utilisées avec discernement, c’est-à-dire avant tout en période courte (4 ou 5 jours). Il faut diminuer les doses en fonction de l’amélioration, et cesser dès la guérison.

Les femmes peu musclées courent plus le risque de gonfler que les autres. Mettez-vous au sport. La natation, l’aquagym et tout ce qui s’y rapporte, notamment, par un effet d’osmose (l’eau attire l’eau), sont indiqués.

Le premier réflexe en cas de rétention d’eau (jambes lourdes notamment) est de s’interroger sur sa consommation de sel. Si celle-ci paraît très importante, notamment si vous mangez beaucoup de plat préparés ou de conserves, diminuez-la de façon drastique.

N’arrêtez surtout pas de boire de l’eau sous prétexte que vous l’éliminez mal !

Lors de la préménopause, la rétention d’eau est plus fréquente. En effet, la progestérone, une hormone légèrement diurétique, est moins secrétée. Tandis qu’après la ménopause, cette rétention est plutôt due à la mauvaise qualité des parois des veines (des veines en mauvais état sont plus perméables et laissent fuir l’eau vers les tissus voisins).

Mes formules à faire préparer en pharmacie :

Pour toutes :

EG d’orthosiphon
EG de piloselle
aa qsp 1flacon de 150 ml
aa = à part égale qsp = quantité suffisante pour EG = Extrait glycériné de plante fraiche
Buvez 1 cuillère à café de ce mélange dans un verre d’eau, 3 fois par jour pendant 5 jours. Cessez, puis reprenez après dix Jours d’arrêt (si besoin).

Pour les femmes en préménopause :

EG d’alchémille
EG de reine-des-prés
EG de mélilot
aa qsp 1 flacon de 150 ml

Buvez 1 cuillère à café de ce mélange dans un verre d’eau, 3 fois par jour pendant 5 jours. Cessez, puis reprenez après dix Jours d’arrêt (si besoin).

La tisane idéale :

Chiendent (rhizome) 50g
Cerisier (pédoncules) 20g
Maïs (stigmates) 10g
Verge d’or (plante) 20g
Bruyère (sommité fleuries) 20g
Asperge (racines) 30g
Menthe (feuilles) 20g

Mettez3 cuillère à soupe du mélange dans 1 litre d’eau bouillante. Laissez bouillir 3 minutes, coupez le feu. Laissez encore infuser 10 minutes. Filtrez. Buvez en 24 heures, en cures de 8 ou 10 jours, espacés de 8 jours pour ne pas fatiguer les reins.
En cas de paupière, chevilles et doigt gonflés, buvez, là encore, 1 litre de tisane par jour pendant 10 jours, puis 2 fois par semaine au long cours.

Pour plus d’efficacité ajoutez pour chaque tasse 1 goutte d’HE de livèche ou de céleri dans 8 gouttes de labrafil.

Les cinq plantes citées plus haut possèdent une forte activité diurétique. Elle élimine l’eau, les chlorures, l’urée, l’acide urique.

Publié dans 08 Les remèdes

Commenter cet article